01.30.33.06.17

Logo Norettes Communication

56, rue Pierre Curie

78930 Guerville

5 idées reçues sur l’attente téléphonique

5 idées reçues sur l'attente téléphonique

Quand on parle des messages d’accueil téléphonique dans la vie de tous les jours, on entend souvent : « Ah oui, les messages téléphoniques avec la musique d’ascenseur ? Très peu pour nous » … Et vous avez raison ! Sachez que nombre d’études très sérieuses démontrent que l’attente musicale, pour ne citer qu’elle, est vectrice d’opportunités. Malgré cela, elle véhicule encore un aréopage de clichés qui ne lui rendent pas honneur. Nous avons compilé quelques idées reçues qui ont la peau dure et qui relèguent au second plan ce moment d’attente pourtant incontournable.

norettes-communication-studio

Idée n°1 « On ne met pas les personnes en attente chez nous »

Sûrement pas faux, mais pas tout à fait vrai non plus. Il suffit d’un transfert de poste à poste pour que votre correspondant entende votre message d’attente et son ambiance.

Idée n°2 « L’attente ne dure jamais très longtemps »

Et c’est très bien ! Sachez tout de même que ce moment d’attente est perçu en moyenne 2,5 fois supérieur à sa durée réelle. Faites le calcul sur 30 secondes …

Idée n°3 « Nous sommes une petite entreprise et avons peu d’appel »

Certes. Cela ne vous empêche pas pour autant d’avoir une belle image de marque renforcée par le choix d’une musique qui vous représente !

Idée n°4 « Nous ne voulons pas payer de droits pour la musique, on donne déjà bien assez tout le temps ! »

Les droits musicaux liés à l’utilisation d’une musique du commerce sur votre accueil ne viennent pas remplir les poches de n’importe qui. Compositeurs, auteurs, interprètes, producteurs … C’est tout un écosystème qui récolte simplement et honnêtement les fruits de son travail. Bien sûr, le choix d’une musique libre de droit est dans vos prérogatives, et doit lui aussi faire l’objet d’une réflexion car tous les morceaux libres de droit ne se ressemblent pas !

Idée n°5 « Nous choisissons une musique gratuite, car les droits doivent être trop chers »

D’accord, cette notion est somme toute assez subjective. N’allez tout de même pas vous imaginer devoir vendre un rein pour diffuser du Queen ou du Julien Doré. Les meilleures artistes de ce siècle, et de ceux d’avant encore, sont accessibles autour de 100 €/an ! Les tarifs de la SCPA et de la SACEM sont consultables en ligne.

 

Vous êtes-vous reconnus dans l’une de ces idées ? Sachez que la voie de la rédemption est ouverte à tous les volontaires ! Il suffit d’un rien parfois pour que les planètes s’alignent et vous dévoilent des opportunités insoupçonnées … N’oubliez pas que 70% des consommateurs estiment que la musique améliore l’image de marque de l’entreprise, et si vous en doutez encore, jetez une oreille à ces exemples d’impact sonores.